Programmes de recherche

Projet SITERRE II  : « Vers une filière éco-efficiente de valorisation de déchets et de sous-produits industriels ou urbains pour développer des sols fertiles » (2021-2024)

Les études en laboratoire et sur le terrain du projet SITERRE ont montré la faisabilité scientifique de construire des sols fertiles avec des déchets mais afin de valider ces recherches innovantes, la mise en place de sites pilotes dans des villes partenaires est indispensable afin de confirmer l’absence d’effets environnementaux négatifs.

Le projet SITERRE II « Vers une filière éco-efficiente de valorisation de déchets et de sous-produits industriels ou urbains pour développer des sols fertiles » a été retenu dans le cadre de l’appel à projet GRAINE 2020 de l’ADEME.

Sol fertile

Le projet SITERRE II à la suite du projet SITERRE a comme double objectif :

  1. d’accélérer et de structurer la filière de revalorisation de déchets et délaissés urbains et industriels pour la construction de sols (pour des usages de végétalisation urbaine)
  2. compléter la connaissance sur l’évolution et la durabilité des sols construits après leur mise en place.

Le projet SITERRE II correspond à de la recherche opérationnelle puisque ce travail doit aboutir à la rédaction d’un cahier des charges de construction de sol, qui sera délivré à la fin du programme ainsi qu’un guide pratique de construction de sol afin de guider tout opérateur souhaitant mettre en œuvre ce type de procédé.

Plante et Cité assurera le portage du projet, organisera des rencontres régulières entre les partenaires (comités de pilotage deux fois par an) et encadrera le transfert opérationnel des données. 

Agrocampus Ouest assurera l’animation scientifique en définissant avec les partenaires la stratégie scientifique et en vérifiant la qualité scientifique et technique des livrables.

Projet SITERRE 2011-2016

Le projet SITERRE, avait pour objectif principal de mettre au point un ou des procédé(s) innovant(s) de construction de sols en substitution de la terre végétale, en remplaçant pour partie, si ce n’est intégralement, les sols naturels habituellement utilisés.

La recherche de solutions alternatives à l’usage des ressources naturelles s’est orientée vers l’usage de déchets ou sous-produits, qui en mélange, pourraient reproduire les fonctions attendues des sols végétalisés.

À partir du catalogue européen des déchets, 11 matériaux modèles ont été retenus : 6 déchets minéraux (ballast, déchet de bâtiment, béton, brique, terre excavée basique et acide) et 5 déchets organiques (boues de papeterie, déchets verts, déchets de balayage de rue, compost, boue de station d’épuration).

Des analyses en laboratoire de caractérisation des déchets purs ou en mélange ont été faits pour évaluer les propriétés agronomiques, chimiques, mécaniques, ainsi que les risques écotoxicologiques. Deux sites expérimentaux (Agrocampus Ouest, Angers et Université Lorraine, Homécourt) ont permis de suivre in situ le développement d’arbres (Acer platanoïdes) et de ray-grass pendant 3 ans.

Les résultats ont montré la capacité des végétaux à se développer dans des sols construits à partir de déchets. Un outil multicritère a été développé afin d’aider les gestionnaires à concevoir la formulation de déchets la plus adaptée pour un usage donné du sol.

Ouvrage : Créer des sols fertiles